JEANNE DE PETRICONI - VISUAL ARTIST

Sculpture-Cinéma: Possibilités de dialogue

 

    

 

 

 

 

 

 

 

 

                                                                                                                                                                                                                                                                   


Exhibition views

Espace d'Art Contemporain Orenga de Gaffory - Corsica

09/06/2016 - 24/07/2016

----------------------------------

EN/FR

                                                                           

 

Sculpture / Cinema

Dialogue possibilities

. . .

 

An Exhibition Proposal

by

Jeanne de Petriconi / Guillermo G. Peydró




Two sculptures confronted for the first time. They are opposed, but they complement each other. The first one, Tree of Chaos (Arbre à chaos, 2008 - Mention Best Young Artist, International Prize Arte Laguna,Venice Arsenal, 2010) and the second one, Low Angle, the Sea (En contre-plongée, la mer, 2013 - Georges Wildenstein Prize, by Académie des Beaux Arts de Paris) are separated by several years of Jeanne de Petriconi's work. Both suggest a state: mineral versus organic. The first one, crystalline and forceful, fragments the environment it reflects; the other one seems to concentrate life for then diffuse it. The first one evokes a growl; the second one a whisper. The strictness of the straight lines is opposed to the softness of the curve. In the first one, we assist to the bursting of the pieces that comform it, in a vertical mouvement, while the other one is folded in itself, flexible and swaying, allowing a warm light to penetrate its skin.

 
With the association of these two big size sculptures, a small piece is born: a mineral creature, hybrid sculpture, result of this encounter, that will mark the beginning of a larger series, and that is presented within an immersion of a flow of images, a video piece created by Spanish filmmaker and videoartist Guillermo G. Peydró in dialogue with Jeanne's sculptures. Guillermo has created for this exhibition a ten minutes video-art piece that will be screened in a loop. It has been explicitely imagined for being presented next to these sculptures and in the context of the Corsican landscape, from which it emanates. The filmmaker proposes a film thought as an sculpture by imagining an experimental portrait of Jeanne de Petriconi. A film, therefore, not narrative and not dramatic, but though in terms of textures, materials, volumes, colors, rhythms, childhood landscapes and memories.


The exhibition is named Dialogue Possibilities, as a tribute to the work of Czech filmmaker Jan Švankmajer. It conveys the complexity of human nature, at the same time moved by instincts and doted of reason. Metaphor of the cycle of life, of matter metamorphosis, as well as of Humanity's permanent quest for progress, the result of this encounter between sculpture and cinema produces a blurring of borders with the interweaving of their different reigns.


 


  - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -- - - 

 

Sculpture / Cinéma

Possibilités de dialogue

. . .

 

Une proposition d'exposition

de

Jeanne de Petriconi / Guillermo G. Peydró

 


Mettre en présence deux pièces que tout oppose à première vue et les réunir pour la première fois. Les confronter et constater qu'elles se complètent. La première, Arbre à chaos (2008, Mention Best Young Artist, International Prize Arte Laguna, Arsenal de Venise, 2010) et la seconde, En contre-plongée, la mer (2013 - Prix Georges Wildenstein, décerné par l'Académie des Beaux Arts de Paris), sont séparées de plusieurs années d'évolution du travail de sculpture de Jeanne de Petriconi. Chacune évoque un état, l'une le minéral, l'autre l'organique. La première, cristalline et énergique, fragmente l'environnement qu'elle reflète, l'autre semble concentrer la vie et la diffuser. À la première on prêterait un grondement, à l'autre un murmure. La sévérité des lignes droites hérissées s'oppose à la douceur de la courbe. Dans la première, il semblerait que l'on assiste à la pulvérisation des pièces qui la compose, dans un mouvement vertical, tandis que l'autre se présente telle une forme en repli, souple et ondulante, laissant traverser sa peau d'une lumière chaude.
 

De l'association de ces deux grandes sculptures va naître une petite pièce : une créature-minérale, sculpture hybride, fruit de cette rencontre, [qui marquera certainement les prémices d'une série plus ample]  et sera présentée dans une immersion d'images en mouvement, une pièce vidéo de Guillermo G. Peydró en dialogue avec les sculptures de Jeanne. Guillermo a réalisé une pièce d'Art vidéo, d'une durée de 10 minutes qui sera diffusée en boucle. Imaginée pour l'exposition et présentée au milieu de ce paysage corse duquel elle émane. Le cinéaste nous en propose une transformation, il a essayé de penser le cinéma comme sculpture en construisant un portrait expérimental de Jeanne depuis son regard de sculpteur. Un film qui n'est donc pas pensé de façon narrative ou dramatique, mais en forme de textures, matériaux, volumes, couleurs, rythmes, paysages d'enfance, souvenirs.
 

Le projet d'exposition est intitulé Possibilités de dialogue, en hommage à l'œuvre de Jan Švankmajer. Il reflète la complexité de la nature humaine à la fois muée par des instincts et douée de raison. Métaphore du cycle de la vie, de la métamorphose de la matière, autant que d'une quête permanente de progrès de l'humanité, le produit de cette rencontre entre sculpture et cinéma à pour effet un brouillage des frontières avec le croisement des différents règnes.